Henri GALLARDO est sur Copains d'avant. Pour le contacter, connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement.

Parcours

Parcours scolaire

Parcours entreprise

Parcours militaire

  • 25ème Rga

     -  Compiegne

    Moniteur camion école Grade sergent

    1972 - 1973

A propos

Général

  • Né le :

    11 mai 1947 (67 ans)

Ma vie aujourd'hui

  • Description

    Algérie puis région parisienne et Picardie pour arriver en midi pyrénées.

  • Profession :

    Formateur en retraite

  • Situation familiale :

    marié(e)

  • Enfants :

    1

  • Mes goûts et passions

    Loisirs

    • Cinéma
    • Informatique
    • Lecture
    • Photographie
    • Bricolage

    Goûts musicaux

    • Rythm & Blues, funk
    • Variétés internationales
    • Variétés françaises
    • Rock
    • Classique

    Sports

    • Randonnée

    Lectures

    • Science fiction
    • Bandes dessinées
    • Histoire, sciences humaines
    • Romans
    • Romans policiers

    Fan de

    • Autres

    Voitures

    • Un monospace (Espace, Scénic, Xsara Picasso...)

    Voyages

    J'y suis allé(e) :
    • Henri GALLARDO Le film "3 cœurs" n'est pas référencé voice tout de même mon commentaire :
      C’est un mélodrame assez particulier, sortant des sentiers battus avec un enchainement d’aléas qui nous font dire que le monde est bien petit. Ce film a été nommé 3 fois à la Mostra de Venise 2014.
      Nous sommes à Valence dans le département de la Drôme, Marc est inspecteur du fisc travaillant à Paris, mais détaché dans cette ville de province. Il se rend à la gare pour voir son train partir devant son nez, il est tard et le prochain sera au petit matin. Il n’a d’autres solutions que de trouver un hôtel, il va rencontrer tout à fait par hasard Sylvie qui déambule dans les rues de la ville et ils vont faire ensemble quelques pas d’abord puis plus de pas par la suite, ils vont conjointement arpenter toutes les ruelles de la ville et le courant a l’air de bien passer entre les deux à tel point que la chambre que Marc a pris pour la nuit ne servira à rien tant cette promenade où tout est dit avec du non-dit a été interminable. Au matin Sylvie accompagne Marc à la gare, chacun souhaite rencontrer l’autre, Marc donne rendez vous à Sylvie au le jardin des Tuileries dans la capitale à une heure bien précise, Sylvie y sera, ils n’ont pas l’occasion de changer leur numéro de téléphone, la porte se ferme et le train part. Le jour du rendez-vous Marc est dans son bureau et il traite un cas assez difficile mais il n’a pas oublié la rencontre qui doit avoir lieu, Sylvie, elle arrive à l’endroit convenu, Marc quitte précipitamment son bureau, il a un peu de retard, mais pas grand chose, par contre il est très angoissé...
      C’est un film où le hasard ne fait pas si bien les choses et cela va considérablement perturber Marc qui n’avait pas besoin de cela pour aller mieux. En fait c’est la rencontre de deux êtres qui sans parler d’eux même vont tellement se comprendre qu’une non-rencontre va être dramatique. Comment deux personnes qui ont simplement déambulé dans des rues désertes en parlant de tout et de rien peuvent elles ressentir une attirance aussi intense, certainement en prenant la formule de Montaigne parlant de son ami La Boétie « Parce que c’était lui, parce que c’était moi ». Enfin le but principal de l’histoire est que la rencontre n’a pas lieu et que par le plus grand des hasards Marc va faire la connaissance de Sophie qui est la sœur de Sylvie. On se demande même à quel moment Marc prend vraiment conscience de se lien de parenté, car les indices se multiplient sans qu’aucun d’eux soit vraiment révélateur. C’est bien interprété et c’est le rôle qui manquait à Benoit Poelvoorde et qui prend toute son importance parce qu’on a appris dans la presse que ce dernier voulait faire un break dans sa carrière, on peut même se demander comment on se relève d’un rôle pareil. La musique est lancinante et conviendrait à un film d’espionnage. Le film n’est pas exaltant au possible mais il intrigue et il fait réfléchir et c’est déjà ça.

    • Henri GALLARDO Il s'agit du film récent "Hercule" qui est pas ou mal répertorié!

      C’était le blockbuster de la semaine, le film ayant droit aux grandes salles et qui pourrait attirer du monde. Il a été élaboré à partir d’un roman graphique, car il prend bien des libertés par rapport à la vie imaginée du héros légendaire.
      Hercule est le demi-dieu fils de Zeus et d’Alcmène que l’on connait et qui va donc accomplir les 12 travaux, on ne va retenir pour les besoins du film que 3 d’entre eux : Le lion de Némée dont la dépouille lui servira de vêtement, le sanglier d’Erymanthe et la terrible Hydre de Lerne. En fait Hercule est accompagné d’une troupe de mercenaires et vend ses services au plus offrant, avec un brin de moralité tout de même. Là il est contacté par la propre fille du roi de Thrace, Cotys, pour stopper une terrible guerre civile qui sévit dans son royaume, bien entendu il sera payé avec ses compagnons pour ce service incommensurable, la prime sera son poids en or, ce n’est pas le moment de suivre un régime...
      Voici un film qui sort de la légende et qui désacralise le légendaire Héraclès, car en effet là on utilise son nom romain Hercule alors que ses parents sont bien restés grecs, curieux non. C’est d’autant plus navrant que nous étions dans notre région persuadés que le demi dieu, lors d’un voyage, avait séduit la belle Pyrène qui vivait là et que cette dernière avait été tuée par un ours pensant que son amoureux s’en était allé et en courant après lui. Plus tard Hercule, fou de douleur en voyant sa belle morte et déchiquetée jeta de colère des rocs pêle-mêle créant ainsi une chaîne de montagnes auquel il va donner le nom de son adorable amie : Pyrénées. J’ajoute aussi que les habitants du coin n’aiment pas les ours et on les comprend, mais ça c’est une autre histoire. Bref ce film décrit une histoire assez tarabiscotée certes, mais claire dans son dénouement et assez captivante où l’on va voir notre héros et ses compagnons fidèles se sortir de situations assez inextricables, même de temps en temps on nous explique en aparté comment se construisent les légendes. Le film est très bien fait, avec des batailles impressionnantes et un décor qui l’est tout autant, une bonne utilisation de certains ralentis et quelques effets 3D assez stupéfiants. Dwayne Johnson a la carrure idoine du héros légendaire et il a fait le nécessaire pour la cultiver avant le tournage et les scènes phares où on le voit agir paraissent même assez crédibles. C’est le blockbuster qui vient à la suite d’autres blockbusters et qui n’est pas désagréable à suivre, différent à vrai dire des productions que Cannes a engendré, mais de temps en temps il faut bien se détendre un peu.

    • Henri GALLARDO J'aurai bien parlé du film Godzilla de 2014 mais le synopsis n'est pas indiqué dans le répertoire du site (c'est pas la première fois)

    • Henri GALLARDO Le film Joe existe bien mais il n'est pas dans vos liste !!!!

    • Henri GALLARDO Apprenti gigolo

    • Henri GALLARDO 300-La naissance d'un empire

    • Henri GALLARDO a reconnu Henri GALLARDO sur la photo A Nemours