• Marie Jo SEGURA a publié Citations, poèmes, écrits.....

    Bonjour! Encore une de mes questions à la "nieu-nieu" Pas grave!

    Pour oublier les actus, partageons, nos écrits, ( anecdotes persos ou autres), en quelques lignes; des citations, des poèmes…. Mais, surtout sans agressivité, sans vulgarité, sans règlements de comptes (je mettrai en abus) qu'en pensez-vous? En plus, Denis , mdr,n'aura pas le droit de souligner les fautes que nous pourrions faire; mais nous allons nous appliquer; promis! Merci!

    • Marie Jo SEGURA Oui, Claude, j'aime; c'est délicat.

    • Claude FAUQUEUR Les mots sont des notes de musique qui construisent la partition Maire Joe

    • Claude FAUQUEUR le printemps a gagné la guerre ,son ennemi héréditaire l'hiver a pris la fuite , peut-être encore une gelée sans suite?

    • Marie Jo SEGURA Le printemps cette année; se rit de nos pensées; lui qui en sème des milliers..

    • Marc LAGRANGE Royan, tome 3


      Pour résumer, je nétais pas physionomiste ;
      Je laurais été, comment bien appréhender
      Quune seconde fois se croisassent nos pistes,
      Le hasard, jusquà quel point vous le défendez ?

      Quand cest trop beau, plutôt les femmes bien trop belles,
      Pas évident de le prendre très au sérieux ;
      Un petit arpent de Beau, mais en ribambelle
      Cela fait penser à un canular odieux.

      Quelle surprise, jétais dans le générique
      Les sons de locéan pour musique de fond
      Une jeune première genre magnifique,
      Enfin pas au point de me prendre pour James Bond.

    • Marc LAGRANGE Donc elle de nouveau mais sans que je le sache :
      La starlette lautre jour, un petit oiseau
      Là réclamant de laide pour remplir la tâche
      De ses devoirs de vacances au bord de leau.

      En retour, elle voulut mapprendre la danse
      Bizarre, je ne pensais pas à refuser ;
      Qui sait si je navais pas lesprit en vacances,
      Un sentiment sur le point de se diffuser ?

      Un coup de cœur à deux rapprochés intervalles
      La chance ne sourit pas quaux audacieux,
      Je ne raffole pas des amours en rafale
      Mais tu mas séduit deux fois, quoi rêver de mieux


      6 juin 2019

    • Claude FAUQUEUR Joli printemps qui illumine cette nouvelle saison, de tes couleurs et parfums si enivrants de bonheur!

    • Claude FAUQUEUR Quand la mer ondule sa beauté aux reflets d'or que le soleil embrasse d'un baiser désiré.......cf

    • Pierre AUTRET Les embrassades, c'est terminé

    • Blanche PONTEL C'est ma fleur préférée - Elle se plante en été - À la fois pudique et sensuelle - Elle ose le rose tendre - le pourpre et le violet - tantôt jaune soleil - et tantôt bleu du ciel - Sa fleur toujours altière - Est des Dieux messagère - Mais vous l'avez compris - C'est de l'iris qu'il s'agit.

    • Blanche PONTEL Une parmi tant d'autres

    • Pierre AUTRET 3 Arums majestueux présentent leur blancheur. Les muguets sont en préparation ainsi que les roses sur l'un de mes rosiers.

    • Claude FAUQUEUR Quand les fleurs embellissent le jardin ,elles donnent cette âme qui se réveillent au printemps!

    • Clémentine VERDIER (SENNASSET) Se plante en été ?
      ce n'est pas ce que j'avais fait
      mais à la vue de sa beauté
      qui peut deviner
      que l'iris est aussi
      la fleur des jardiniers ?

    • Claude FAUQUEUR Pardon pour la faute ......Qui se réveille....Mon clavier fait des siennes...Magnifique Clémentine!

    • Pierre AUTRET Les iris jaunes, je les cueillais en rentrant de ma journée de boulot. Il n'y a plus d'iris dans les fossés, Mr Glyphosate est passé et l'iris a trépassé

    • Claude FAUQUEUR OUI les pesticides tuent notre biodiversité, notre flore..Pierre!

    • Marie Jo SEGURA Timidement la violette
      Présente sa frimousse
      Sur un tapis de mousse.
      Tandis que la pâquerette
      Fragilement s'expose;
      Blanche, ou rose.
      Le magnolia élégant,
      S'abrite du vent;

    • Claude FAUQUEUR UOI ce soleil caresse notre Terre et réchauffe le coeur des fleurs Marie Jo!

    • Marc LAGRANGE Sans queue ni tête


      Ce doit être ça regarder passer la vie,
      Lapprécier sans imaginer interférer ;
      Je fus ravi puis tu mavais été ravie :
      Nétant pas à la pêche je nai pas ferré.

      Logiquement, pas mieux côté tableau de chasse
      Disons que je ne possédais pas le permis ;
      Non mais aurait-il fallu que je me perchasse,
      (Ou résoudre le paradoxe de Fermi) ?

      Or il faut avoir vécu ces instants de rêve
      Pour bien comprendre que javais été comblé,
      Sans doute quils alimentent toujours ma verve
      Ton apparition seule, jaime la cibler.

    • Marc LAGRANGE Surtout que donc, elle se vêtait de mystère
      À lombre dune capuchesoit javais peur ;
      Car enfin, ma timidité pourquoi la taire ?
      Devant les femmes nétant pas un voltigeur.

      Dailleurs, était-ce moi qui ramenai sa fraise
      Dautant plus pour traduire « pompiers » en anglais ?
      Le genre qui aime son prochain, très à laise.
      Mordre dans la vie quand on a des dents de lait ?

      Cest dit, jétais un puceau sur toute la ligne,
      Fait que je ne cherchais pas à améliorer ;
      Sympathique, le Beau mavait lancé des signes
      Mais hélas, des yeux seuls je savais dévorer


      5 juin 2019

    • Marie Jo SEGURA J'avais écrit ceci pour ma maman; il y a maintenant 21 ans.

      Son regard vient de s'assombrir,
      Ses mots sont restés en suspens;
      Le passé a répondu "absent",
      Comme le temps qui s'arrête
      Et qui s'embrouille dans sa tête,
      En effaçant ses souvenirs
      Je la prends doucement par la main,
      Et je lui parle lentement...
      Elle sourit, tout gentiment
      Quand je dépose un baiser,
      Sur sa joue douce et fripée
      Elle ne sait plus qui elle est,
      Et me regarde bizarrement,
      Quand je l'appelle "maman"

    • Claude FAUQUEUR L'inspiration est ce reflet du miroir qui percute l'imaginaire pour l'envelopper de mots!

    • Marc LAGRANGE Sylvie M.


      En mille neuf cent soixante-huit, à Caluire,
      La vie présenta un caractère nouveau
      Découvrant quune jeune fille pouvait luire,
      Or nayant aucun étalon à ce niveau.

      Je ne la voyais vraiment quen fin de semaine
      Étant au lycée du Parc, pour les seuls garçons ;
      Au quatre-vingt-quatre rue pierre Brunier, ma reine
      Nous donnait le départ du haut de son balcon.

      Car nos occupations ? Courses de bicyclettes !
      Plus âgé, sans gloire, jaurais dû triompher :
      La ligne sapproche, je la sens, je my jette
      Imaginant que cela faisait son effet

    • Marc LAGRANGE « Tu sais : Sylvie voudrait être ton amoureuse »
      Ménonça tout de go son frère : là, stupeur !
      Oh que si, jeus cette réponse malheureuse :
      Dire : « Je vais y réfléchir » fut mon erreur.

      Et depuis lors, toujours pas je me le pardonne ;
      Au nom de quoi ma réponse la différer ?
      Ce ne fut pas plus maladresse que maldonne :
      Quand dans le bonheur la peur vient interférer.

      Je donnais « mon accord » après quelques minutes
      Mais quelle sût mon hésitation mangoissait ;
      Et après un demi-siècle je suis en butte
      À des remords, perpétuels, comme chacun sait


      25/26 novembre 2019